Education multilingue formelle

Pour Solidar Suisse, c’est en apprenant dans sa langue que l’on s’instruit vite et mieux. C’est pourquoi nous travaillons, depuis 1994, en partenariat avec l’État,à la prise en compte des langues nationales dans le système éducatif burkinabè.

Les efforts ont abouti à l’adoption en 2007 par l’Assemblée nationale de la Loi d’orientation sur l’éducation dont l’article 10 indique que « les langues d’enseignement utilisées au Burkina Faso sont le français et les langues nationales aussi bien dans la pratiques pédagogiques que dans les évaluations ».

ÉDUCATION DE BASE FORMELLE : L’HISTOIRE D’UNE INFLUENCE POSITIVE SUR LES POLITIQUES EN MATIÈRE D’ÉDUCATION AU BURKINA FASO

Dans le système scolaire burkinabè, les élèves commencent à apprendre dans la langue française ce qui pose un problème d’adaptation et de pertinence du système éducatif. Solidar Suisse qui a une tradition dans les innovations éducatives développe une approche qui valorise les langues nationales.À travers le programme « Éducation de Base Multilingue formelle » nous avons contribué à l’adoption de réformes majeures dans le domaine de l’éducation au Burkina Faso.

1. Ecole primaire bilingue (EPB/CMS)

Pour Solidar Suisse, c’est en apprenant dans sa langue que l’on s’instruit vite et mieux. C’est pourquoi nous travaillons, depuis 1994,en partenariat avec l’État,à la prise en compte des langues nationales dans le système éducatif burkinabè. Les efforts ont abouti à l’adoption en 2007 par l’Assemblée nationale de la Loi d’orientation sur l’éducation dont l’article 10 indique que « les langues d’enseignement utilisées au Burkina Faso sont le français et les langues nationales aussi bien dans la pratiques... Voir plus...

2. Education trilingue

L’éducation trilingue : les langues nationales prennent place dans les medersas à côté de l’arabe et du français 7 écoles privées sur 10 environ au Burkina Faso sont des écoles franco-arabes. De type confessionnel, elles présentent la particularité d’enseigner dans 2 langues étrangères aux nouveaux apprenants : le français et l’arabe. Dans leur majorité pourtant, ces écoles avaient des programmes d’enseignement qui sont influencés par celui des pays arabes donateurs : les curricula varient d’une école à... Voir plus...